Edito #1 (Octobre 2012)

« Fuck you, I won’t do what you tell me »  Zack de La Rocha

Montez le son, allumez une clope, fermez les yeux, rêvez…

On parle de musique là non ? Ouais ouais, on parle bien de ça, et c’est ce que flippin’ va tâcher de faire cette année à Bordeaux. Beaucoup de groupes, variés et éclatés partout sur les scènes bordelaises, et peu de presse pour les couvrir. Y’a bien quelques revues bien pensantes financées par la mairie pour vous baratiner sur le dernier concert d’Eiffel où la prochaine soirée electro à l’Iboat, mais est-ce suffisant ?

Sûrement pas. Putain, depuis Noir Dez’, rien n’a su secouer notre chère ville embourgeoisée par les boites de nuit electro, et autres soirées épicuriales pour discuter du dernier album de Dylan autour d’un bon verre de vin bradé. Après cet élégant apéritif, pourquoi ne pas se dandiner vers Paludate, exhiber sa nouvelle chemise sur un nouveau tube enflammé de Jay-Z, où je ne sais quel remix d’un putain de tube de l’été à gerber ? Après tout, l’odeur du gel fondu se mêle plutôt bien avec celle du déodorant. Et puis David Guetta après trois verres et un rail c’est tout de même sympa !

Se mêler aux nouveaux hipster aux allures retro, ça aurait pu le faire, seulement si ces derniers n’avaient pas un penchant certain pour le ridicule affiché avec fierté dans des fringues hideuses et des coupes faussement crasseuses.

Non, vous valez mieux que ça. La musique ne doit pas être le monopole des bien pensants, des mouvements conformistes. Les Pussy Riot ne le savent que trop bien. La musique (et on appliquera principalement dans nos colonnes ce terme au rock dans son ensemble) doit secouer la norme, faire bouger les choses, tenter le diable, et non se dénuder sur NRJ 12 dans une soupe infâme qui n’a de R&B que le nom, maquillée et travestie indignement pour réinventer une féminité sans vêtements (et sans dignité). Mais après tout, que demande le peuple ? Des refrains faciles, des suites de notes pas trop compliquées et une production qui sonne bien pour danser tout l’été. Bref, un modèle de composition !!

L’electro, le hip-hop, le rap… Rien de tout cela n’est à blâmer. En revanche, je ne serais pas si catégorique sur les producteurs qui sauront ruiner musicalement des artistes et ridiculiser un genre entier au moyen d’employés (je ne leur accorderai même pas le qualificatif de « chanteur ») aussi complices qu’eux dans ce massacre, cette escroquerie des genres sortis sortis des bas-fonds pour une insupportable démocratisation, que dis-je, décrédibilisation. Il suffit d’un morceau de Sexion d’Assaut pour que le glas retentisse. Si les rappeurs des 90’s avaient su ce qu’allait devenir leur précieux art de rue, ils auraient eu là véritable prétexte pour mettre la banlieue à feu et à sang.

Mise en garde alarmante ? Non, simple constat de ces années 2010 déjà trop élancées vers l’uniformisation des radios et du style de vie.

Reste-t-il de l’espoir ? Flippin’ a envie d’y croire, et se lance dans une aventure sur le non-marché des presses indépendantes. Au programme : rébellion, guitare, concerts et jeunesse. Si nous rejetons le culte du mainstream, alors c’est peut-être l’underground qui nous prendra sous son aile blessée.

Bonne rentrée !

Publicités

3 réflexions au sujet de « Edito #1 (Octobre 2012) »

  1. Heureusement que les « revues bien pensantes financées par la mairie » ne parlent pas de rock.
    Le rock se fout des institutions, c’est ce qui lui donne sa force, son énergie, l’envie de jamais ne courber l’échine…
    Et c’est – entre autres – grâce à des ‘zines comme le votre qu’il peut redoubler de vigueur, revendiquer son immaturité, et ne jamais s’éteindre.
    Vivement qu’enfin l’on parle des JC Satan, Strange Love, Crane Angels, Year of no Light, Kap Bambino pour ne citer qu’eux !
    Longue vie à vous, de la part d’un (vieux) zicos encore en activité.

Allez commente, n'aie pas peur !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s