Hommage à Ravi Shankar (1920 – 2012)


92 années après sa naissance dans les lointaines contrées indiennes, le musicien Ravi Shankar s’est éteint aujourd’hui à San Diego en Californie, d’un dernier souffle qui dut atteindre les cordes sympathiques de son instrument fétiche. Suite à une opération chirurgicale de remplacement de la valve cardiaque, le virtuose est parti rejoindre ses élèves gavés de L.S.D, j’en suis sûr, au paradis.
Son talent inné pour le sitar avait fait de lui le maître incontesté de cet instrument.


ravi

Ravi Shankar & Georges Harrison dans les années 1970

Le papa de Norah Jones fut d’une influence considérable sur le rock. Dans les années 60, de nombreux musiciens en recherche de sonorités orientales firent appel à lui pour apprendre le sitar, comme Brian Jones (Rolling Stones) et Georges Harrison (The Beatles), qui incorporèrent ce merveilleux instrument dans leurs compositions (qu’on retrouvera respectivement dans « Paint it Black » et dans « Norvegian Wood »). On notera également sa présence au festival de Woodstock en 1969, qui viendra concrétiser son rapport privilégié avec les musiciens de l’ère acide, et on se souviendra également de ses jams survoltés avec Jimi Hendrix ou John Coltrane.


Flippin’ Mag coule une larme et lâche une colombe en l’honneur du maître d’armes de la musique orientale. Que Kâli guide tes pas vers la réincarnation Ravi.


					
Publicités

Allez commente, n'aie pas peur !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s